• * Les hypers...

    Vous avez dit hyperactif, hypersensible...

     

    Avant découvrir que mes enfants étaient surdoués, je ne comprenais pas pourquoi, après une journée passée avec eux, j'étais épuisée non seulement physiquement mais également "intellectuellement"...                                                                                                  En fait, je crois que dès qu’ils ont su parler, ils n’ont jamais arrêté de poser des questions, de passer d'un sujet à l'autre. Non contents de parler, ils se documentent sur tout, s’intéressent aux problèmes de la société…Tout en gardant leurs préoccupations d’enfants.

     

    Quand notre fille avait 3 ans, elle aimait se balader dans la maison vêtue uniquement d'une écharpe et d'un bonnet. Encore maintenant il est très compliqué de l’habiller - ça gratte, l’étiquette gène, trop ceci, trop cela ! –

    Elle aimait dessiner sur les murs, quand on le lui a interdit, elle dessina derrière les portes (personne ne pouvait la voir) !                                                                                      Elle s’est entre autre passionnée pour les escargots, pour lesquels elle traçait des routes sur le mur. Et les vers de terre…                                                                                    A 5 ans, elle s’inquiétait de la déforestation et imaginait des plans de sauvegarde pour la forêt… 

    Aujourd'hui, à 10 ans, elle s'est calmée côté passion vers de terre et escargots. Désormais, ils ne franchissent plus le seuil de la maison.

    Mais elle reste toujours originale. Elle déborde toujours, d'imagination. Tout y passe : un nuage lui évoque une forme, tout objet peut être détourné, elle aime la photo,s’intéresse aux problèmes sociaux. Elle s’interroge en autre sur cette fameuse devise « Liberté, égalité, fraternité » plus particulièrement sur l’égalité et de dire : "en quoi sommes nous égaux, quelques personnes ont beaucoup, beaucoup d'argent et les autres rien ? Où est l'égalité".

    Elle continue de s'inquiéter de l'état de la planète, d’où sa convocation à une réunion familiale (cf. respect pour la planète).

    Elle me fait l’effet d’un volcan en perpétuelle éruption, il sort toujours quelque chose de son cerveau …

    Mais sous ce foisonnement d’activités, c’est aussi une petite fille qui à beaucoup d’empathie. Elle ne supporte pas de voir les autres souffrir, la méchanceté gratuite ! Elle avait beaucoup de mal avec les incivilités de ses camarades envers le personnel de cantine (ce n’est pas une blague)

    Nous évitons de discuter devant elle de toute difficulté domestique, sinon elle se met en tête de trouver une solution. Faire l’école à la maison amène à reconsidérer les dépenses, du coup elle se soucis des achats, fait la leçon à son frère etc. Et de demander quel est l’âge légal pour travailler...

    Beaucoup d’imagination mais lucide ! Un jour, elle devait avoir 3 ans, pour la rassurer, quant à sa prochaine visite chez le pédiatre, j’ai fait comme à la télé, j’ai pris son doudou pour lui expliquer le déroulement de la consultation, et bien sûr pour conclure de lui dire « tu vois Grisou, n’a pas eu mal ». Et là, elle m’a regardé avec une expression qui semblait dire : « ne l’effrayons pas, qu’est ce qu’elle raconte…», et de me dire très sérieusement « Maman, c’est un doudou, un nounours, il ne ressent rien ! ». Ce fut un long moment de solitude !

     

    Quant à son frère, âgé de 7 ans, jusqu’à l’an dernier, il ne supportait pas l’idée que le père noël n’existe pas, tout en se moquant de la voisine qui avait fort bien décoré sa maison pour noël, en disant « et ben dis donc, je crois au père noël, mais alors Françoise y croit beaucoup, tu as vu toutes les décorations »...

    Il ne supporte toujours pas ses chaussettes qu’il baisse à la cheville même en hiver !

    Lui aussi a beaucoup d’empathie. Un jour, alors qu’il jouait, j'ai reçu un de ses jouets au visage. Il en a été très bouleversé, j'ai cru qu'il ne s’arrêterait jamais de pleurer…

    Pour lui, le respect des règles, une promesse, c’est sacré !

    Un soir, alors qu’il se plaignait de nouveaux des coups de ses petits camarades, et que visiblement il avait renoncé à se plaindre à son enseignante qui, selon lui, ne comprenait rien aux injustices subies. J’ai eu cette idée saugrenue de lui répondre «Je ne sais pas, peut-être le taper aussi ?», il m’a répondu «il est interdit de se battre», rassurez vous je suis allée voir sa maitresse.

    Une autre fois, le fils d’un ami l’a frappé, il a alors dit à ce dernier, « je ne viendrais plus chez toi, parce que Michel me tape, j’ai cassé son jouet sans le faire exprès et il me tape, alors que je lui demandé pardon ! Je ne veux plus revenir ici ». Notre ami fut décontenancé.

    Sinon, il passe ses journées à imaginer les objets de demain : une voiture sans moteur, un antidote contre la tristesse, un pédalo qui va aussi bien sur l'eau que sur terre...

    Faire le test fût une très bonne chose, pour toute la famille. Au-delà du QI, en tant que parents, nous apprécions surtout de découvrir la vraie personnalité de nos enfants. Auparavant, leurs comportements, nous surprenaient tout au plus, mais nous n’y accordions aucune importance. Depuis, nous savons que cette sensibilité à « fleur de peau » ou hyperstimulabilité émotionnelle, est une des composantes de leur personnalité. Et nous pouvons mieux les aider à évoluer dans ce monde. Quant à eux, nous avons remarqué que, depuis qu’ils ont découverts leur "douance", malgré quelques disputes, ils s’entendent beaucoup mieux, ils se sont rapprochés. C’est comme si, avant le test, ils étaient trop occupés à être quelqu’un d’autre. Alors que maintenant, entre zèbres, ils se comprennent.

    Et puis, cette hyperstimulabilité en fait des êtres merveilleusement affectueux, dont nous sommes les premiers bénéficiaires. Nos deux zèbres nous témoignent tous les jours leur amour, et cela n’a aucun prix…

     

    Dossier complet « Comment identifier et faire face aux hyperstimulabilités » sur le site www.enfantsprecoces.info 

     

    Remarque : depuis qu’ils sont déscolarisés, il n’y a, plus de crises d’eczémas, plus de maux de ventre. Alors que la question d’un retour à l’école se pose. Mais c’est un autre débat ou billet !

    Rendez-vous sur Hellocoton !

    Partager via Gmail Delicious Technorati Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :